barrerougelongue

logo la Vulg

… au ser­vice de vos
pro­jets
barrerouge

  • DSC_0306.jpg
  • IMG_5567.jpg
  • IMG_5396_k.jpg
  • CIMG0047.jpg
  • IMG_6186.jpg
  • 20160310_112152.jpg
  • ensilage_de_maïs.jpg
  • EXPO_Bulle.jpg
  • 2015_05_18_Rechthalten_Hubert_Jenny_03.jpg
  • IMG_6684.jpg
  • marche_concours_C4_MCB_0833.jpg
  • FB_Höhi_Ueberstorf__02_05_2011_-_7_-__BH.jpg
  • _MOS8502.jpg
  • DSC_2814.jpg
  • _MOS8355.jpg
  • IMG_6194.jpg

Journée Cli­mat d’étable

Le 6 décem­bre 2016 dernier se déroulait le cours de for­ma­tion con­tinue sur le cli­mat d’étable, dernière journée d’une série de cours ini­tiés par l’Agroscope et l’Association suisse pour la con­struc­tion agri­cole (ALB-​CH).

Ce fut l’occasion pour les par­tic­i­pants d’interagir lors d’une con­férence le matin à Grangeneuve avec notam­ment Messieurs Tan­guy Morel (Cham­bre d’agriculture de l’Ain) et Markus Sax (Agro­scope), puis l’après-midi au cours d’ateliers thé­ma­tiques à la Ferme-​Ecole de Sorens. Parmi les thèmes abor­dés, les inter­ac­tions entre le cli­mat d’étable et la struc­ture des bâti­ments peu­vent être retenues. L’évacuation de l’air chaud et humide est pri­mor­diale afin de main­tenir un cli­mat d’étable sain. La struc­ture du bâti­ment est un des paramètres à pren­dre en compte pour y parvenir.

La capac­ité d’absorption de l’humidité par l’air est fonc­tion de sa tem­péra­ture ambiante. Au-​dessus de 100% d’humidité rel­a­tive, l’air sat­ure et évacue cette humid­ité sous forme de brouil­lard ou de con­den­sa­tion sur les parois les plus froides du bâti­ment. L’air froid sat­u­rant plus vite que l’air chaud, il est ainsi impor­tant d’avoir une ven­ti­la­tion effi­cace en hiver pour évac­uer cet air sat­uré en humidité.

Par ailleurs, dans un bâti­ment présen­tant une hau­teur de toit trop impor­tante, la ven­ti­la­tion dite par grav­ité est égale­ment dif­fi­cile. L’air chaud et chargé d’humidité n’a pas le temps de s’évacuer et refroidit avant de sor­tir, retombant dans le bâti­ment sous forme de tur­bu­lences, et notam­ment sur les four­rages dans le cas où ceux-​ci sont entre­posés sous les toits. Un air chargé d’humidité étant vecteur de virus et bac­téries, les four­rages risquent ainsi d’être régulière­ment souil­lés durant les péri­odes hiver­nales. Les ger­mes ainsi dis­séminés sont ensuite absorbés par les ani­maux via l’air ambiant ou les fourrages.

Une adap­ta­tion du sys­tème et du débit de ven­ti­la­tion, ou encore une opti­mi­sa­tion de l’isolation ther­mique per­me­t­tront une évac­u­a­tion effi­cace de la chaleur et de l’humidité afin d’entretenir un cli­mat d’étable sain.

Jonathan Fleurent et François-​Lionel Humbert

Imprimer E-​mail